Le Myanmar, entre conflits ethniques et crise sanitaire

Au Myanmar, les réfugiés rohingyas sont isolés et peinent à avoir accès aux soins. Enquête sur le système de santé d’un pays en pleine transformation.

Blurred placeholder image Ulyces Myanmar Birmanie
© EU / ECHO / Pierre Prakash

L’appel à la prière islamique, provenant de deux haut-parleurs, se répand dans tout Thet Kal Pyin, un camp de réfugiés situé à moins de 100 kilomètres de la frontière entre le Myanmar et le Bangladesh. L’appel résonne dans plusieurs allées de bâtiments larges et bas aux toits bleus. Chaque structure rassemble plusieurs familles. Le camp, lui, abrite quelque 5’000 personnes. La plupart, pour ne pas dire toutes, appartiennent à l’ethnie des Rohingyas, une minorité musulmane persécutée.

En réaction à l’appel à la prière, des hommes barbus chaussés de sandales se rassemblent au crépuscule. Ils entrent dans une chaumière qui fait office de mosquée. A l’entrée, ils se lavent les mains et retirent leurs chaussures. Puis, une fois la nuit tombée, ils s’accroupissent sur des tapis en osier pour prier.

Ce camp a été créé il y a trois ans à la suite d’émeutes mortelles qui se sont déroulées dans la ville portuaire de Sittwe. Ces violences sont le résultat de tensions de longue date, qui ont finalement atteint leur paroxysme, entre les Rohingyas et l’ethnie bouddhiste des Rakhines. 

Les Rakhines sont une minorité ethnique présente au Myanmar, où les Birmans représentent le plus grand groupe ethnique. Ils sont toutefois majoritaires dans l’Etat de Rakhine, situé sur la côte ouest du pays, et beaucoup d’entre eux considèrent les Rohingyas comme des intrus.

Selon des groupes de défense des droits de l’homme, le Gouvernement du Myanmar refuse depuis des décennies d’accorder la citoyenneté à plus d’un million de Rohingyas, qu’il qualifie de «Bengalis», et a proposé des règles relatives à la citoyenneté qui, d’après ces groupes de défense, ont contraint les Rohingyas à quitter leur pays. 

Au cours des violences qui ont eu lieu en 2012, les Rohingyas ont souffert de manière démesurée et près de 140’000 d’entre eux ont ensuite été déplacés dans des camps – notamment celui de Thet Kal Pyin – qui encerclent désormais la banlieue rurale de Sittwe.

La suite de cette histoire est payante.

Abonnez-vous

Et profitez d'un accès illimité au site pour seulement 7.-/mois.

Je profite → Déjà abonné? Connectez-vous.

Achetez cet article

Nouveau: dès 50 cts, payez votre histoire le prix que vous voulez!

Je me connecte → Paiement rapide et sécurisé avec Stripe