«Le gouvernement nous accusait de terrorisme journalistique» (1/3)

Claude Angeli, l'ancien rédacteur en chef du Canard enchaîné, revient sur le succès de son journal au moment de la sortie de son autobiographie, Les plaisirs du journalisme, dont nous mettrons en ligne ces prochains jours les bonnes feuilles. En exclusivité francophone.

Blurred placeholder image Canard Enchaine
Claude Angeli, «The New York Times», 2011.© Valerio Mezzanotti

La presse va mal. En France comme partout ailleurs. Libération est régulièrement donné pour moribond. Les ventes du Monde chutent. Les hebdomadaires dégraissent à tour de bras. Les pigistes sont payés une misère et Le Figaro lui-même ne va pas très bien. Seule exception dans ce marasme, Le Canard Enchaîné

Phénomène unique, immuable, à la réussite insolente depuis sa fondation en 1915. Le Canard: deux grandes feuilles libres, imprimées en bichromie sur du papier à repasser au fer chaud pour les lire sans se salir les mains, des dessins satiriques, des articles au ton sans autre pareil, des révélations comme s’il en pleuvait, des titres qui jouent avec les mots, une chronique entièrement dédiée à l’art du contrepet (L’Album de la Comtesse) et surtout pas un poil de pub. Sa devise dit tout: «La liberté de la presse ne s’use que quand on ne s’en sert pas.»

Résultat: 400’000 ventes en moyenne chaque semaine avec des pointes à un million plus souvent qu’on ne le pense. La recette du succès: avoir su, dans les années 1970, transformer un journal satirique en machine à cracher les révélations qui n’épargne rien ni personne. Le public adore, les puissants tremblent. «Ne dites jamais rien que vous ne voulez pas voir imprimé dans le Canard», recommandait un président de la République à ses ministres. 

La suite de cette histoire est payante.

Abonnez-vous

Et profitez d'un accès illimité au site pour seulement 7.-/mois.

Je profite → Déjà abonné? Connectez-vous.

Achetez cet article

Nouveau: dès 50 cts, payez votre histoire le prix que vous voulez!

Je me connecte → Paiement rapide et sécurisé avec Stripe