Le meilleur du slow journalisme francophone

Sur abonnement ou en payant le prix que vous voulez par article, trouvez la formule qui vous convient.

Formules d'abonnement ↗

Evadez-vous de votre quotidien grâce à trois nouvelles histoires originales et exclusives chaque semaine.

Découvrez Sept →

Djibouti-la-jolie

En 1930, Albert Londres nourrissait un ambitieux projet: pénétrer clandestinement dans La Mecque. La cité sainte lui étant interdite, et son interview du roi Ibn Séoud refusée, le journaliste improvise un autre reportage. Au large des côtes brûlantes de la corne de l'Afrique, il observe, fasciné, l'aventure de ces hommes qui plongent à la recherche des huîtres perlières, pour parer la gorge des belles Occidentales. Extraits de Pêcheurs de perles (1931).

Albert Londres inédit

Né en 1884 à Vichy, Albert Londres, qui se destinait à une carrière de poète, s’est très tôt rendu célèbre par ses articles et ses récits de voyages, publiés dans des quotidiens de l'époque. Certains n'ont jamais été repris depuis. Comme ces deux récits consacrés aux revendications indépendantistes en Syrie et au Liban, alors sous mandat français, et à l'incendie de l'Asia dans le port de Djeddah, deux ans, presque jour pour jour, avant que le grand reporter ne périsse à son tour dans l'incendie du Georges Philippar. De véritables fresques historico-romanesques que nous a généreusement transmis Bernard Cahier, président de l'Atelier Albert Londres.

Ils bombardent Reims…

Peu après le début des hostilités, les Allemands bombardent le 19 septembre 1914 la cathédrale de Reims, joyau de l’art gothique où étaient couronnés les rois de France. Sa charpente prend feu et le plomb de la toiture entre en fusion. L'édifice manquera de disparaître. Albert Londres, sur place, narre cet épisode traumatisant pour la population française dans son premier reportage. Sa série d'articles sur ce bombardement sera remarquée et lui permettra d’accéder à une certaine notoriété.