Le meilleur du slow journalisme francophone

Sur abonnement ou en payant le prix que vous voulez par article, trouvez la formule qui vous convient.

Formules d'abonnement ↗

Evadez-vous de votre quotidien grâce à trois nouvelles histoires originales et exclusives chaque semaine.

Découvrez Sept →

Susan Orlean et les gens ordinaires

En 1973, Tom Wolfe inventait l’expression «Nouveau Journalisme» pour désigner ce type de reportage à mi-chemin du récit et du roman. L’auteur et directeur du programme de journalisme littéraire à l’Université de New York Robert S. Boynton reprend le flambeau et actualise le propos en exposant l’importance et la variété du journalisme littéraire contemporain à travers une série d’entretiens avec les grands noms du reportage telle Susan Orlean.

Fous de gemmes (4/4)

Jusqu’ici, le Somaliland avait deux richesses: son bétail et sa paix. Mais quand des études géologiques ont révélé la présence massive de pierres précieuses sous son sable chaud, des aventuriers, chevronnés ou désespérés, en ont fait leur nouvelle frontière. Ce récit en quatre parties a été récompensé en 2017 par le prix Immigration Journalism de la French-American Foundation et en 2018 par le premier prix du concours Eco-reportages organisé par le Club de la presse de la Drôme.

Corps en guerre: les viols collectifs (3/4)

Dans l'îlot de stabilité encerclé de pays en guerre qu'est le Somaliland, une violence insidieuse persiste en toute impunité contre le corps silencieux des femmes. Peu à peu, les victimes parlent et réclament justice. Ce récit en quatre parties a été récompensé en 2017 par le prix Immigration Journalism de la French-American Foundation et en 2018 par le premier prix du concours Eco-reportages organisé par le Club de la presse de la Drôme.

La fin du mo(n)de nomade? (2/4)

Peuple de pasteurs nomades, les Somalilandais sont parmi les premières victimes du réchauffement climatique qui décime leur bétail et les force à rejoindre les villes. Les solutions existent, mais quand l’aide arrive il est souvent déjà trop tard. Ce récit en quatre parties a été récompensé en 2017 par le prix Immigration Journalism de la French-American Foundation et en 2018 par le prix du concours Eco-reportages organisé par le Club de la presse de la Drôme.