Auschwitz en héritage (7/11)

© Schroedter
Entrée du bloc A du camp de Theresienstadt. Entre l’ouverture du ghetto en novembre 1941 et sa libération par les Soviétiques en mai 1945, plus de 33'000 déportés y laissèrent leur peau.

Au matin du 10 août 1942, Ruth et sa famille sont réveillés par les nazis. Leur fuite à Prague durant quatre années aura été vaine... En silence, ils montent dans des wagons sans connaitre leur destination. Ce sera le camp de concentration de Theresienstadt. L'enfer de la Shoah débute.

Le train s’arrêta dans un puissant fracas métallique. Puis les lourdes portes des wagons coulissèrent les unes après les autres. 1'500 personnes fantômes, baluchon sur l’épaule, évacuèrent le sinistre convoi. Des gendarmes tchèques et des SS, eux aussi du voyage, surveillaient le mouvement. Nous nous trouvions à la gare de Bohušovice nad Ohří, au nord de la Tchécoslovaquie. Nous étions dans notre pays. C’était la seule bonne nouvelle du jour.

Nous marchâmes plus d’une heure en colonne jusqu’à l’ancienne citadelle de Theresienstadt. Elle avait été bâtie à la fin du XVIIIe siècle par l’empereur autrichien Joseph II qui lui avait donné le nom de sa mère, l’impératrice Marie-Thérèse. A peine avions-nous mis le pied dans l’imposante garnison que nous fûmes séparés. Les hommes à gauche. Les femmes à droite. Nos maigres bagages furent une nouvelle fois fouillés. Le but de la manœuvre? Rechercher l’argent, les bijoux, les cigarettes ou les cosmétiques que nous aurions pu cacher.

Nous passâmes une nuit dans ce point de contrôle, la «Schleuse», avant d’entrer, le lendemain matin, dans cette énorme prison à ciel ouvert entourée par de hautes murailles. Je me sentis d’emblée oppressée entre les anciennes casernes aux murs décrépis, que les nazis avaient rebaptisées avec des noms de villes ou de régions allemandes comme Dresde, Magdebourg ou Hambourg, et les maisons d’habitation plus petites qui avaient été abandonnées par leurs occupants en novembre 1941, au moment où les SS avaient ouvert le ghetto.

La suite de cette histoire est payante.

Abonnez-vous

Et profitez d'un accès illimité au site pour seulement 7.-/mois.

Je profite → Déjà abonné? Connectez-vous.

Achetez cet article

Nouveau: dès 0.50 CHF, payez votre histoire le prix que vous voulez!

Je me connecte → Paiement rapide et sécurisé avec Stripe