Dancefloor

Isolation et démesure (2/2)

© Jean Revillard

A l'occasion de leur édition 2017, les Journées photographiques de Bienne dont sept.info est partenaire explorent le thème de l'extrême. Des «zones blanches» de la Drôme jusqu'au nord de la Sibérie, les artistes invitent à découvrir le monde en témoignant de ses excès.

Emma, Anne, Anne-Marie et Bernadette ont été diagnostiquées comme électrosensibles par une équipe du Professeur Belpomme à Paris. 

Cela signifie qu’elles ne supportent ni les réseaux électriques domestiques, ni les rayonnements électromagnétiques et à hautes fréquences comme ceux du téléphone mobile et de la wifi. 

Depuis des années, elles cherchent les fameuses white zones, des zones mortes sans champs électromagnétiques. Pour sa série Ondes, Jean Revillard les y a accompagné. 

Dans le département français de la Drôme, elles ont trouvé des lieux où elles peuvent dormir en paix. 

Les symptômes électrosensibles sont reconnus par l’OMC. Depuis décembre 2013, la France paie des rentes d’invalidité, mais ne reconnaît pas la maladie. Une étude suédoise montre que trois pourcents de la population mondiale sont électrosensibles.

La suite de cette histoire est payante.

Abonnez-vous

Et profitez d'un accès illimité au site pour seulement 7.-/mois.

Je profite → Déjà abonné? Connectez-vous.

Achetez cet article

Nouveau: dès 0.50 CHF, payez votre histoire le prix que vous voulez!

Je me connecte → Paiement rapide et sécurisé avec Stripe