Dancefloor

Entassés sur le Cap Arcona, brutalisés, pour mourir noyés (3/3)

© Gérard A. Jaeger
Après l'attaque du 3 mai 1945, le Cap Arcona en flammes (musée municipal de Neustadt).

Le 3 mai 1945, une escadrille britannique largue ses bombes sur quatre navires civils affrétés par les nazis dans la baie de Lübeck. Ils chavirent en moins d’une demi-heure, emportant plus de 7'000 déportés des camps du nord de l’Allemagne. Le commandement allié pensait s’en prendre à l’arrière-garde de la Wehrmacht!

Le 2 mai 1945, le Cap Arcona, le Thielbeck et l’Athen mouillent toujours dans la baie. Le grand paquebot est même si près de la côte occidentale que les habitants de Neustadt peuvent suivre le va-et-vient des transbordements. On y distingue nettement des hommes en armes dont les ordres portent jusqu’au rivage. L’effervescence est partout sur les bateaux, mais en ville aussi. Régulièrement survolée par des avions de reconnaissance britanniques, la population cède régulièrement à la panique. Beaucoup d’habitants s’apprêtent à gagner le Danemark après l’annonce du suicide d’Adolf Hitler à Berlin. Certains se barricadent chez eux en attendant l’arrivée des Alliés, tandis que d’autres se préparent à résister pour l’honneur. Il en est aussi qui s’abandonnent au fatalisme. L’instinct de survie et la conviction politique nourrissent d’étranges attitudes lorsqu’ils se confondent.

Depuis peu, le Haut-Commandement allemand s’est installé dans la région, devenue le dernier réduit nazi. Et le plan secret des dignitaires acculés par la progression des Alliés est de fuir au Danemark. Les services de renseignements britanniques en sont convaincus, si bien qu’ils mettent tout en œuvre pour les en empêcher. Or, pendant ce temps, de nouveaux déportés arrivés de Pologne abordent encore et toujours le Cap Arcona. A tel point que les SS eux-mêmes refusent de les laisser monter. Dans la confusion générale, certains prisonniers arrivent à quitter le paquebot en embarquant sur les transbordeurs et regagnent clandestinement Lübeck. Mais alors qu’ils se croient épargnés, ils vont être les premières victimes du plan d’extermination. De retour à terre, ils tomberont sous le feu des batteries tenues par les jeunesses hitlériennes, postées là sous la menace d’officiers acculés aux pires extrémités.

La suite de cette histoire est payante.

Abonnez-vous

Et profitez d'un accès illimité au site pour seulement 7.-/mois.

Je profite → Déjà abonné? Connectez-vous.

Achetez cet article

Nouveau: dès 0.50 CHF, payez votre histoire le prix que vous voulez!

Je me connecte → Paiement rapide et sécurisé avec Stripe