L'orage musical de Fribourg (3/4)

© DR
Torrent de montagne avant un orage, Alexandre Calame, 1850.

En 1835, le Genevois Rodolphe Töpffer, pédagogue, écrivain et auteur de BD, se rend en excursion à Fribourg avec ses élèves et tombe en admiration devant les grandes orgues de la cathédrale. On y joue L'orage. Soixante ans plus tard, l'écrivain Français Carle L. Dauriac fait la même expérience.

Affecté par une maladie oculaire, Rodolphe Töpffer (1799-1846) doit abandonner la profession à laquelle il se destinait: peintre. En 1824, il ouvre un pensionnat et organise des excursions dans les montagnes pour ses élèves. Nommé professeur de rhétorique à l’Académie de Genève (1832), Töpffer dirige Le Courrier de Genève (1841).

Depuis 1825, Rodolphe Töpffer consigne ses impressions de balades et de voyages dans ses carnets. Les premiers volumes publiés comprennent, nous dit Paul Seippel dans l’introduction de l’ouvrage, les Excursions dans les Alpes (1832), les Voyages à Milan (1833), A Chamonix (1835), Dans l’Oberland (1835) et le Voyage en zigzag par monts et par vaux (1836).

Si Alexandre Dumas se plaint qu’un pont suspendu défigure le paysage, Töpffer quant à lui regrette l’arnaque mise au point par les exploitants, à savoir l’installation d’un pavillon offrant une belle vue qui oblige les badauds à sortir de la zone qui leur était assignée et à repasser une nouvelle fois à la caisse! Mais le point culminant de cette excursion n’est-il pas selon Töpffer ce concert d’orgue – trois morceaux pour six francs! – dont il est le premier à parler dans ses écrits? Les élèves, quant à eux, apprécient avec modération…

Alain Chardonnens, historien, enseignant et formateur à Fribourg

La suite de cette histoire est payante.

Abonnez-vous

Et profitez d'un accès illimité au site pour seulement 7.-/mois.

Je profite → Déjà abonné? Connectez-vous.

Achetez cet article

Nouveau: dès 0.50 CHF, payez votre histoire le prix que vous voulez!

Je me connecte → Paiement rapide et sécurisé avec Stripe