«Le Moyen-Orient est une création de l’Inde anglaise»

© Bonhams
A British East Indiamen in Two Positions off Dover, Dominic Serres, XVIIIe siècle. L'Empire britannique est alors en pleine période de colonisation à travers le monde.

Bonaparte n'a pas seulement marqué l'Europe de ses conquêtes. Son expédition en Egypte en 1798 a eu un impact sur les routes maritimes. Pris de panique, l'Empire britannique des Indes va alors créer le Moyen-Orient pour éviter une éventuelle invasion. De 1800 à 1914, retour sur le golfe Persique à l'âge des impérialismes.

Guillemette Crouzet est agrégée d’histoire. En 2014, elle a soutenu sa thèse de doctorat à l’Université Paris-Sorbonne avec Genèses du Moyen-Orient. Une thèse qui deviendra plus tard un livre, paru aux éditions Champ Vallon. De l’expédition de Napoléon Bonaparte en Egypte en 1798 au début de la Première Guerre mondiale, elle revient sur l'évolution du Moyen-Orient. En 2016, Guillemette Crouzet a reçu le prix Sophie Barluet, décerné par le CNL.

Dans votre ouvrage, vous développez une thèse audacieuse: le Moyen-Orient serait une création des «Indes». Qu’entendez-vous par là?
C’est une création de l’Empire britannique des Indes, pour être exact. Le Moyen-Orient a été conçu par cet empire, au XIXe siècle, comme un glacis ­défensif sur son flanc occidental. Un espace ayant pour vocation de le prémunir contre une éventuelle invasion.

Mais les Indes étaient alors gouvernées depuis Londres. Pourquoi ne pas parler d’une création «britannique» à propos du Moyen-Orient? 
Parce que les Indes britanniques ont eu tendance pendant tout le XIXe siècle à se comporter sinon comme un Etat indépendant, du moins comme une ­entité autonome, à échapper en partie au contrôle de Londres. Je m’inscris là dans une historiographie qui, depuis les années 1980, accorde de plus en plus d’importance à la régionalisation de l’Empire britannique. Londres, bien sûr, était un pôle impérial, mais, étant donné l’immensité de l’Empire et les caractéristiques de cet impérialisme, il y a eu des sous-pôles régionaux qui ont bénéficié d’une véritable autonomie. Et le cas le plus significatif est constitué par les Indes. Car, au fond, qu’est-ce que les Indes? Des comptoirs commerciaux de l’East India Company, établis à partir du XVIIe siècle, qui se sont complètement autonomisés et qui, au cours du XVIIIe siècle, sont ­devenus une puissance politique, administrée par trois «présidences» et menant elle-même des conquêtes. Des conquêtes destinées à se protéger.

La suite de cette histoire est payante.

Abonnez-vous

Et profitez d'un accès illimité au site pour seulement 7.-/mois.

Je profite → Déjà abonné? Connectez-vous.

Achetez cet article

Nouveau: dès 0.50 CHF, payez votre histoire le prix que vous voulez!

Je me connecte → Paiement rapide et sécurisé avec Stripe