Blurred placeholder image ecal selfies
© ECAL/Pauline Amacker, Coline Amos, Camille Audibert, Alexandre Haefeli

Me, my self and I… à l’ère des selfies

La toile est envahie de selfies et autres autoportraits mis en scène. A l’heure du «Moi, je», quatre jeunes photographes de l’ECAL décident de forcer le trait. Et de s’amuser à parodier cette tendance.

Poses lascives, torse imberbe, maquillage outrancier, moues boudeuses, maillot mémère, eau bleu lagon et palmiers… Toute la panoplie d’un goût que l’on dit mauvais, du moins discutable, est exploitée. 

Quatre photographes en herbe de l’Ecole cantonale d’art de Lausanne (ECAL) – Coline Amos, Alexandre Haefeli, Pauline Amacker, Camille Audibert – ont ainsi décidé de s’amuser avec ces codes populaires. 

«Notre rôle n’est pas de reproduire une image amateur, mais de la réinterpréter avec nos codes à nous, expliquent-ils. Et de mêler pose, lieu et lumière, là où la plupart des gens ne recherchent que l’un de ces effets».

Cette série de cent cinquante photos est partie d’un workshop. Le photographe genevois Nicolas Haeni, intervenant dans leur école, leur demande de travailler sur un thème, Nightless

Les quatre jeunes réfléchissent. Ils veulent de la jungle artificielle et plastique, un semblant d’exotisme. Ils définissent le lieu: ce sera l’Aquaparc du Bouveret, au bord du lac Léman.

La suite de cette histoire est payante.

Abonnez-vous

Et profitez d'un accès illimité au site pour seulement 7.-/mois.

Je profite → Déjà abonné? Connectez-vous.

Achetez cet article

Nouveau: dès 50 cts, payez votre histoire le prix que vous voulez!

Je me connecte → Paiement rapide et sécurisé avec Stripe