ellsberg ellsberg
Ellsberg au Vietnam.© Daniel et Patricia Ellsberg

L’homme le plus dangereux du monde: La guerre (2/7)

Après avoir participé aux prémices de la guerre du Viêtnam au Pentagone, Daniel Ellsberg se cherche d’autres aventures. Il va les trouver au Viêtnam.

Le major-général Edward Lansdale est un dur à cuire. Depuis 1941, il est de toutes les guerres, mais toujours dans l’ombre. D’abord avec le premier service de renseignement américain, l’OSS, aux Philippines, puis avec la CIA en Indochine et contre le Cuba de Fidel Castro. Dans le monde du renseignement, c’est une légende. Au point de servir de modèle à Graham Greene pour son roman Un Américain bien tranquille qui raconte la guerre secrète menée par les Américains en Indochine contre les Français. Son opposition au président Kennedy au début des années soixante lui vaudra d'inspirer aussi Oliver Stone pour le personnage du général putschiste dans son film JFK. 

Daniel Ellsberg rencontre Lansdale début 1965 lors d’une réunion des ministères et des agences concernées par la guerre du Viêtnam. L’officier y présente l'équipe qui, depuis l’ambassade américaine à Saigon, doit mener une mission aux contours mal définis. Le jeune homme tombe sous le charme du général et, fatigué d’être enfermé dans un bureau au Pentagone, se met à son service. 

La suite de cette histoire est payante.

Abonnez-vous

Et profitez d'un accès illimité au site pour seulement 7.-/mois.

Je profite → Déjà abonné? Connectez-vous.

Achetez cet article

Nouveau: dès 0.50 CHF, payez votre histoire le prix que vous voulez!

Je me connecte → Paiement rapide et sécurisé avec Stripe