fbi luther king fbi luther king
En marche vers l'histoire, Martin Luther King et son combat pacifique afin d'obtenir le droit de vote des Noirs en Alabama et d'améliorer les droits civiques aux Etats-Unis.© DR

Le FBI en guerre contre Martin Luther King (2/3)

Convaincu que Martin Luther King est entouré d’agents communistes, le FBI tente en vain de faire pression sur le révérend pour qu’il renvoie ses plus proches conseillers. Pendant ce temps, à Selma dans l’Alabama, une bataille décisive se prépare.

Quand Hollywood réécrit l’histoire, elle ne fait pas toujours dans la finesse. C’est le cas de Selma, d’Ava DuVernay, qui revient sur la lutte et la mort de Martin Luther King. Les auteurs du film revendiquent la liberté artistique, quitte à faire une entorse à l’histoire. Cette absence de précaution en a ému plus d’un dans le pays.

Pour Joseph Califano, un ancien conseiller du président Johnson pour les affaires domestiques, par exemple, «Lyndon Johnson, considérait le Voting Rights Act comme sa plus grande réalisation législative, il a vu en Martin Luther King un partenaire essentiel dans l’obtention de sa loi (sur le vote des Noirs)- et il n’a pas utilisé le FBI pour le dénigrer.»

Pour preuve, Califano cite une conversation téléphonique du 15 janvier 1965. Pendant cet appel, Johnson fait part à Martin Luther King de son intention de passer au Congrès une loi sur les droits de vote des Noirs: «Il n’y a rien de plus efficace, Docteur, que de faire voter tous les Noirs. Johnson ajoute: Notre position est la suivante: toute personne née dans ce pays, quand elle atteint un certain âge, a le droit de voter, qu’elle soit nègre, Mexicaine ou autre…»

Puis le président Johnson souffle au révérend sa stratégie: «Prenez les pires conditions que vous rencontrez dans l’Alabama, le Mississippi, la Louisiane ou la Caroline du Sud… et montrez-les à la radio, à la télévision partout où vous le pouvez. Très vite, le gars qui ne fait rien d’autre que conduire un tracteur toute la journée dira: «Eh bien, ce n’est pas juste, ce n’est pas juste» et ça nous aidera à pousser la loi au Congrès à la fin. Et Johnson de conclure: Si on y arrive, ce sera la plus grande réussite de ma carrière».

La suite de cette histoire est payante.

Abonnez-vous

Et profitez d'un accès illimité au site pour seulement 7.-/mois.

Je profite → Déjà abonné? Connectez-vous.

Achetez cet article

Nouveau: dès 0.50 CHF, payez votre histoire le prix que vous voulez!

Je me connecte → Paiement rapide et sécurisé avec Stripe