La France qui gronde (3/4): système D

© Wolfgang Staudt
Peintures murales réalisées durant les années 1990 à l'angle de la rue du Faubourg de la Saunerie et du boulevard de l'Observatoire à Montpellier.

Pour La France qui gronde, Jean-Marie Godard et Antoine Dreyfus sont partis faire un tour de France. Leur but, dresser un portrait actuel du pays à travers ses habitants, leurs vies et leurs difficultés. Cap vers l'Hérault, où la débrouille aide à lutter contre la précarité.

Département de l'Hérault, l'un des plus pauvres de France. Montpellier sous un ciel gris. Gare SNCF. Une voiture. L'ami qui vient nous chercher habite à une trentaine de kilomètres, à Sète, la ville de Paul Valéry et Georges Brassens

On sillonne un peu les rues, direction le quartier des Cévennes. On est ici pas très loin du quartier du Petit-Bard, où des mères de famille d'origine maghrébine se sont battues afin d'exiger la mixité sociale pour leurs enfants dans les écoles du coin.

Comme le Petit-Bard, les Cévennes sont l'une des zones que l'on dit «chaudes», où l'on se perd au pied de bâtiments défraîchis, tous identiques, chacun repérés par une lettre, espace au sein duquel on sent les services publics absents, depuis longtemps.

Une ribambelle de gamins accroche le visiteur inconnu: «Tu viens voir qui?» On donne un nom. Ils vous accompagnent. Deuxième étage. Un joli appartement. Des petits gâteaux et du jus d'orange, pour une discussion à bâtons rompus sur la politique et la laïcité. Et cette histoire des mères du Petit-Bard. 

La suite de cette histoire est payante.

Abonnez-vous

Et profitez d'un accès illimité au site pour seulement 7.-/mois.

Je profite → Déjà abonné? Connectez-vous.

Achetez cet article

Nouveau: dès 50 cts, payez votre histoire le prix que vous voulez!

Je me connecte → Paiement rapide et sécurisé avec Stripe