La chute de Barrett Brown (3/3)

Le FBI a laissé les hackers attaquer la société Stratfor pour faire tomber Julian Assange, le patron de WikiLeaks. Mais le Bureau n’est pas le seul à disposer des archives de Stratfor. Une course contre la montre qui fera une victime de taille, Barrett Brown, commence.

Brown Anonymous Brown Anonymous
Barrett Brown.© Pascal Nemeshazy

Après avoir pillé les caisses de Stratfor, les Anonymous se plongent dans les archives dérobées à la société texane. C’est de la dynamite. Il y a près de dix ans de correspondance top secrète avec tous les services de renseignement américains (lire encadré en fin d'article). De quoi réécrire toute l’histoire de la lutte antiterroriste de l’après-11 septembre. Les Anonymous ont l’intention de dévoiler ces 200 gigabits d’informations piratées à Stratfor par WikiLeaks

Le FBI aussi, mais pas pour les mêmes raisons. Le Bureau compte se servir des archives Stratfor pour faire tomber son ennemi numéro un: Julian Assange. Selon le magazine Rolling Stone, le FBI avait demandé au hacker Sabu de vendre les informations volées à Stratfor au dirigeant de WikiLeaks. De cette manière, le FBI pense piéger Assange et pouvoir l’inculper de recel et de complicité. Les négociations s’engagent, WikiLeaks est intéressé par les documents.

Une seule ombre au tableau: le FBI n’est pas le seul à disposer des archives de Stratfor. Sabu les a entreposées sur un de ses serveurs clandestins, et «Sup_G» en possède lui aussi une copie. Le hacker a l’intention de les remettre gracieusement à WikiLeaks, le FBI doit à tout prix l’intercepter. La course contre la montre commence.

La suite de cette histoire est payante.

Abonnez-vous

Et profitez d'un accès illimité au site pour seulement 7.-/mois.

Je profite → Déjà abonné? Connectez-vous.

Achetez cet article

Nouveau: dès 0.50 CHF, payez votre histoire le prix que vous voulez!

Je me connecte → Paiement rapide et sécurisé avec Stripe