«Terroristes» de province (1/3)

© FBI
Hamid Hayat portant une guirlande de fleurs, photographié lors de son mariage au Pakistan en mars 2005.

L’un des plus fameux procès pour terrorisme postérieurs au 11 septembre contre une «cellule dormante» d’Al-Qaïda en Californie a été monté sur le témoignage d’un informateur peu fiable du FBI, décrit par sa propre mère comme un «sac à mensonges». Et ce n’est pas tout.

Nazhat Shaheen a connu deux fois la douleur de perdre de son fils. La première, il venait de naître. Peu après que Nazhat eut accouché dans son Pakistan natal, sa belle-famille lui a enlevé son fils, Nassim, au cours du difficile divorce qui l’opposait à son époux. Ses propres parents l’ont alors envoyée aux Etats-Unis pour qu’elle y commence une nouvelle vie. La seconde, Nassim était un jeune homme qui venait de rejoindre les Etats-Unis et de renouer les liens avec sa mère. Mais Nazhat Shaheen a peu à peu compris qu’on ne pouvait lui faire confiance et, après quelques mois, son fils a quitté leur maison du Midwest pour la côte Ouest. Sans disparaître de sa vie, toutefois.

Peu après le 11 septembre 2001, Nassim a été recruté par le FBI pour espionner une mosquée en Californie, et il est devenu le témoin vedette du gouvernement lors du procès de Hamid Hayat, un infortuné conditionneur de cerises accusé d’appartenir à une cellule dormante d’Al-Qaïda dans l’Amérique profonde. Lorsque la mère de Nassim a découvert ce rôle d’informateur, elle a écrit à l’avocat de Hamid pour l’avertir que son fils était un «sac à mensonges». Nazhat ne s’est jamais exprimée publiquement au sujet de son fils et de son rôle crucial dans l’un des plus fameux procès pour terrorisme postérieurs au 11 septembre, mais elle a accepté il y a peu de me parler. Nous nous sommes rencontrées chez elle et, comme sa communauté ne connaît pas l’implication de son fils dans le dossier, j’ai accepté de citer uniquement son nom de jeune fille. «Je suis convaincue que Nassim est un menteur, m’a-t-elle dit. Ce qu’il a fait avec Hamid est tellement malhonnête. C’est une injustice, et j’ai l’impression qu’il a de nouveau trompé une famille en la poussant à lui faire confiance.»

Un informateur du FBI au passé trouble. Un jeune Américain, musulman, accusé de s’être entraîné au terrorisme dans un pays lointain. Le dossier Hayat a débuté au cours des semaines incertaines qui ont suivi le 11 septembre. Un dossier qui a pris une nouvelle dimension après l’élection de Donald Trump. A peine élu, le nouveau président des Etats-Unis a en effet exigé que les musulmans se surveillent mutuellement, menacé de tuer les familles des terroristes et promis simulation de noyade et torture aux suspects de terrorisme. Le pays a entendu parler pour la première fois de Hamid Hayat en été 2005, quand le FBI a annoncé avoir démantelé une cellule dormante d’Al-Qaïda à Lodi, en Californie. Hamid est le fils d’un marchand de glace ambulant. Sa famille et ses connaissances l’ont souvent décrit comme un jeune homme indolent dont les capacités mentales ont été amoindries par une méningite presque fatale. Son arrestation a attiré immédiatement la presse nationale dans la petite ville, engorgeant de camions de télévision ses rues tranquilles. Un gros titre de CNN tonitruait: «FBI: un possible complot d’Al-Qaïda découvert», et insistait sur le fait que les comploteurs étaient «entraînés à tuer des Américains». C’était l’un des cas de terrorisme les plus alarmants aux Etats-Unis depuis le 11 septembre, et la plupart des médias ont repris les accusations du FBI sans trop d’esprit critique.

Le procès de Hayat s’est engagé au printemps suivant, et le jury y a entendu le témoignage de Nassim Khan, payé pour renseigner le FBI sur la mosquée de Lodi. Le jury a délibéré durant neuf jours avant de reconnaître Hamid coupable de soutien matériel au terrorisme et de déclarations mensongères au FBI. Lors d’une conférence de presse, le procureur général McGregor Scott a salué le verdict en brandissant le poing en l’air, ont rapporté les médias locaux. Un juge fédéral a condamné Hamid à 24 ans de prison. Son dossier était un test dans le cadre d’une nouvelle et controversée stratégie du gouvernement consistant à opérer des poursuites préventives – à savoir payer des informateurs pour qu’ils poussent de présumés terroristes à s’exprimer sur ce qu’ils feraient peut-être un jour –, et le test s’est avéré être sérieusement vicié. Dès que la condamnation a cessé de faire les grands titres, le dossier a commencé à s’effondrer. Deux jours après le verdict, une jurée a déclaré sous serment que d’autres jurés l’avaient rudoyée pour qu’elle condamne Hamid, lui mettant une telle pression qu’elle avait dû être traitée pour migraines au cours du procès. Elle a indiqué que le président du jury avait prononcé des «insultes raciales», disant notamment des musulmans que «si on les met dans le même costume, ils se ressemblent tous». Elle a ajouté que le second jour du procès, le président avait mimé un geste de bourreau, comme s’il se passait une corde au cou, puis qu’il avait lâché: «Il faut le pendre.»

La suite de cette histoire est payante.

Abonnez-vous

Et profitez d'un accès illimité au site pour seulement 7.-/mois.

Je profite → Déjà abonné? Connectez-vous.

Achetez cet article

Nouveau: dès 0.50 CHF, payez votre histoire le prix que vous voulez!

Je me connecte → Paiement rapide et sécurisé avec Stripe