Guet-apens (4/9)

© DR/montage sept.info
La mort de Stefano Bontate marqua le début d'un enchaînement d’évènements tragiques. Au début des années 1980, la grande famille de la Cosa Nostra fut ébranlée par un conflit de clans qui fit du bruit de Palerme au Brésil.

Ce soir d’avril 1981, Stefano Bontate se met au volant de sa Giulietta 2000 flambant neuve pour la dernière fois. Le guet-apens qui l’attend est le premier d’une longue série qui secoue la grande famille jusqu’au Brésil.

Stefano Bontate venait de fêter son quarante-troisième anniversaire en compagnie de quelques parents et d'une dizaine d'hommes d'honneur de sa «famille» dans sa villa de la via Villagrazia, aux portes de Palerme, à une centaine de mètres de l'avenue qui cadenasse le sud de la ville. Pour animé qu'ait été le banquet, tout laisse à croire que la fête fut ratée. L'heure n'était pas aux festivités: trop d'aigreurs rentrées, de sourds complots mal étouffés n'avaient pas manqué d'alourdir une atmosphère déjà chargée par les prémices de la guerre imminente. Le chef de la famille de Santa Maria di Gesù avait reçu les vœux de son ancien second, le marchand de tissus Pietro Lo Jacomo, à peine démis de ses fonctions et qui ne semblait pas lui en vouloir outre mesure. Ces derniers temps, Stefano Bontate avait bien des soucis avec sa «famille», et l'éviction de Pietro Lo Jacomo n'était qu'un épisode de la longue série d'incidents que l'on sait, au cours de laquelle Bontate avait vu son pouvoir contesté aussi bien de l'intérieur, par certains de ses «hommes» et par son frère, que de l'extérieur, par le secrétaire de la Coupole, Michele Greco.

La fête s'était terminée remarquablement tôt. Peu après vingt-trois heures, le 23 avril 1981, Stefano Bontate se mettait au volant de sa Giulietta 2000 flambant neuve. L'un de ses hommes, Stefano Di Gregorio, était chargé de lui ouvrir la route à bord d'une petite Fiat 127 jusqu'à sa maison de campagne, où il avait décidé de passer la nuit. Il ne leur fallut que quelques minutes pour rejoindre la via della Regione Sicilia, boulevard extérieur qui allait leur permettre de gagner l'autoroute Palerme-Catane qu'ils abandonneraient à la première sortie.

Arrivé à destination bien avant son chef, Stefano Di Gregorio avait eu largement le temps d'ouvrir grandes les grilles de la propriété, de garer sa voiture avant de s'inquiéter du retard de son «parrain». Di Gregorio n'avait pas réalisé qu'il avait perdu Stefano Bontate à un feu rouge passé un peu trop hâtivement. Il remonta donc dans sa Fiat 127 et rebroussa chemin jusqu'à la via della Regione Sicilia. Di Gregorio comprit sans doute instantanément ce qui s'était passé. La touffeur de la soirée avait empêché l'odeur de poudre brûlée de se dissiper, et le quartier était plongé dans un silence plus impénétrable qu'à l'ordinaire. Le flanc gauche de la Giulietta 2000 s'était encastré contre un mur à l'angle des via Aloja et Regione Sicilia, le moteur tournait encore et les phares n'étaient pas éteints. 

Le chef de la famille de Santa Maria di Gesù, celui que ses proches appelaient le Faucon et les autres le «prince de Villagrazia» était tombé dans un guet-apens alors qu'il attendait sagement à un feu rouge. Mortellement blessé, Stefano Bontate avait eu le réflexe d'embrayer la première vitesse de son véhicule qu'il n'avait pourtant pu dégager que sur quelques mètres. Quand il ouvrit la portière arrière droite du véhicule, Stefano Di Gregorio comprit qu'il n'y avait plus rien à faire pour son chef.

La suite de cette histoire est payante.

Abonnez-vous

Et profitez d'un accès illimité au site pour seulement 7.-/mois.

Je profite → Déjà abonné? Connectez-vous.

Achetez cet article

Nouveau: dès 0.50 CHF, payez votre histoire le prix que vous voulez!

Je me connecte → Paiement rapide et sécurisé avec Stripe