Le cimetière marin (7/9)

© DR/montage sept.info
A la mort du député Pio La Torre, un nouveau préfet antimafia débarqua sur l'île, le général Carlo Alberto Dalla Chiesa. En mettant des bâtons dans les roues des hommes d'honneur, il devint la principale cible de Filippo Marchese et du clan Greco.

Le nombre des assassinats dépassait la centaine quand le gouvernement italien décida qu'il était temps de rétablir l'ordre à Palerme. On dépêcha dans l'île le général des carabiniers Carlo Alberto Dalla Chiesa.

Dès le début du printemps, toute la zone Est de Palerme devient encore plus insupportable qu'en hiver. La chaleur, conjuguée à la violence de la lumière, achève de donner leur véritable dimension à ces ruelles sordides et malodorantes dignes d'un quelconque port moyen-oriental. Loin d'adoucir le décor, les bleus du ciel et de la mer écrasent toutes les autres couleurs au point d'obliger les yeux à se plisser un peu trop fréquemment. Arrive le joli mois de mai et c'est l'enfer. Ce jardin où il faisait si bon vivre à l'aube du XXe siècle, ces arpents d'un paradis massacré, qui fleuraient jadis le jasmin et le citronnier, semblent transformés en une sorte de chaudron où on ne sait trop quel diable ferait macérer les autochtones, des hommes ventrus jusqu'aux chats faméliques, dans des effluves de bitume surchauffé mêlés à des relents indéfinissables autant que répugnants.

Vincenzo Sinagra avait tellement l'habitude de cuire dans un tel bain qu'il fut sans doute insensible à la folle canicule qui marqua le début du mois de mai 1982. Sans être un homme d'honneur à part entière, Vincenzo Sinagra pouvait déjà se vanter d'avoir la confiance de Filippo Marchese, l'homme qui régnait désormais en tyran sur tout le quartier. Le chef de la famille du Corso dei Mille n'appelait plus Vincenzo Sinagra que par son petit nom, 'Undli, à la plus grande fierté de ce dernier. Vincenzo Sinagra prétendit par la suite réserver ce genre de privauté à son seul chef, à qui il obéissait sans jamais rechigner. C'est ainsi qu'en l'espace de quelques mois, Vincenzo Sinagra fut amené à participer à différentes attaques à main armée — un dépôt d'articles électroménagers, un marchand de vins, une bijouterie — et au plasticage de quelques boutiques dont le propriétaire refusait de se laisser racketter. S'il ne retira pratiquement aucun bénéfice matériel de telles opérations — une seule fois, Filippo Marchese lui donnera l'équivalent en lires de dix mille francs français —, Vincenzo Sinagra dut caresser le rêve de sortir de chacun de ces méfaits grandi peut-être aux yeux du reste de la bande, en tout cas du chef de la famille du Corso dei Mille. S'il n'avait toujours pas été initié aux rites de la Cosa Nostra, Vincenzo Sinagra n'en n'avait pas moins l'impression de faire partie sinon des meubles en tout cas de la petite armée de Filippo Marchese.

La suite de cette histoire est payante.

Abonnez-vous

Et profitez d'un accès illimité au site pour seulement 7.-/mois.

Je profite → Déjà abonné? Connectez-vous.

Achetez cet article

Nouveau: dès 0.50 CHF, payez votre histoire le prix que vous voulez!

Je me connecte → Paiement rapide et sécurisé avec Stripe