Des valises en or (2/3)

© Administration fédérale des douanes
Membre de l’espace Schengen depuis 2008, la Suisse ne contrôle plus systématiquement les personnes aux frontières. Seules les marchandises sont encore soumises à l'inspection.

Après son enquête sur un important trafic d'héroïne et le rôle de la mafia en Suisse, Dick Marty s'intéresse à l'origine de milliards de francs en espèces dont disposent les frères Magharian. Un système rendu possible par le secret bancaire.

L’enquête des cent kilos d’héroïne est le départ d’une affaire encore plus sensationnelle et inquiétante. Nous avons saisi un agenda électronique en possession du malfrat italien qui nous avait mis sur la piste turque, mais la police n’arrive pas à contourner le dispositif très sophistiqué qui en bloque l’accès. Une fois de plus, Tato actionne son impressionnant réseau de relations. C’est finalement un jeune agent fada d’électronique de la caserne des carabinieri de via Moskova à Milan qui en vient à bout. Surprise. Nous trouvons un numéro de téléphone d’une suite d’un hôtel de luxe de Zurich. Et voilà que nous sommes embarqués dans une autre grande enquête aux ramifications internationales. Cela concerne encore la drogue, pas la substance cette fois, mais l’argent, beaucoup, énormément d’argent. Des milliards. A côté de tout cela, je continue de m’occuper de la délinquance de tous les jours, des vols aux brigandages, des accidents graves de la circulation aux escroqueries.

La suite à Zurich est occupée par deux frères de nationalité syrienne et d’origine arménienne, les frères Magharian. Ils sont en Suisse avec un permis touristique, mais on découvre vite qu’ils brassent des affaires bizarres. Une fois encore avec Tato, toujours lui, nous nous trouvons confrontés à quelque chose de tellement grand que nous ne pouvons l’affronter avec les moyens traditionnels à disposition. Nous avons besoin de matériel informatique et d’experts comptables particulièrement aguerris. Recourir à une grande société fiduciaire coûterait des sommes énormes et nous n’aurions pas nécessairement la garantie d’un travail de qualité. J’ai alors l’idée de proposer au chef du Département cantonal des finances de détacher pour un certain temps quelques inspecteurs de l’Administration fiscale spécialisés dans la recherche des fraudes. Cela serait pour eux un excellent stage de formation, et comme le fisc tessinois n’est nullement concerné par cette affaire, il n’y a pas de conflits d’intérêts. Argument de poids aux oreilles du responsable des finances, on éviterait ainsi une dépense qui aurait certainement dépassé le million si nous étions contraints de recourir à des expertises externes. Affaire conclue. Les fonctionnaires ainsi détachés vont faire un travail admirable. J’ignore alors que je deviendrais quelques mois plus tard leur supérieur en tant que chef du Département cantonal des finances.

Les sommes colossales traitées par les deux Arméniens sont en espèces, indice évident de leur origine suspecte. On découvre ainsi que des billets de banque sont systématiquement transportés en grande quantité d’Istanbul à Sofia par la route. De Sofia, des courriers les transportent par avion à Zurich. Je n’en crois pas mes yeux: Sofia? Cela se passe bien avant la chute du mur et la Bulgarie jouit d’une réputation peu flatteuse: elle se chargerait de toutes les basses besognes du bloc de l’Est. Comment des courriers venant d’un tel pays peuvent-ils entrer en Suisse avec des valises pleines de billets de banque? Tout simple: les grandes banques suisses envoient une lettre de recommandation en faveur de ces courriers à l’ambassade suisse qui s’exécute et délivre le visa. Se non è vero è ben trovato (Même si ce n’est pas vrai, c’est bien trouvé) dira quelqu’un. Et c’est bien vrai, nous trouvons les copies des lettres et les banques sont bien obligées de l’admettre. La procédure est la suivante: le convoyeur de fonds, une fois obtenu le visa, grâce au sésame d’une des grandes banques suisses, arrive à Zurich. Il se rend tout de suite dans les locaux d’une des filiales bancaires situées à l’intérieur de l’aéroport, où il déverse le contenu de la valise sur une table. La valise est censée contenir un million de dollars. Vérification faite, le compte n’est jamais tout à fait exact, parfois il y a plus, parfois moins. On ne fait pas le détail, apparemment. Le lendemain, les courriers repartent pour Larnaka à Chypre avec de l’or transporté dans des poches spécialement aménagées dans leur manteau. Nous établissons que depuis Larnaka ils se rendent au Liban, plus précisément dans la vallée de la Bekaa, haut lieu de la production de la drogue et de camps d’entraînement du terrorisme moyen-oriental.

Le succès de telles enquêtes dépend aussi de la qualité de la collaboration qu’on peut établir avec des collègues étrangers. Le rapport de confiance est alors essentiel. Dans ce domaine également, Tato a été précieux grâce à un réseau qu’il a su bâtir et entretenir. Ses relations professionnelles deviennent souvent de véritables rapports d’amitié. Une fois, j’étais en vacances de ski avec ma famille dans une ferme dans les environs de Klosters et toute l’équipe d’enquête est venue me voir parce qu’il fallait prendre une décision urgente et délicate. Après la séance de travail dans une grange isolée, nous sommes allés souper dans l’auberge du village. Une tablée qui attirait l’attention: on y parlait plusieurs langues, la plupart n’étaient pas en tenue de sport. Lorsqu’on quitte le local vers minuit, il neige. Trois personnes sortent de l’ombre et, nous illuminant avec des lampes de poche, nous demandent nos papiers d’identité. Ah, es ist der Dick Marty, Alles klar! (Ah c’est Dick Marty, tout est en ordre!) s’exclame celui qui s’est adressé à moi, le contrôle est tout de suite suspendu. Ce sont des agents en civil venus de Coire, alertés par un client du restaurant, convaincu d’être en présence d’une bande internationale de malfaiteurs! 

La suite de cette histoire est payante.

Abonnez-vous

Et profitez d'un accès illimité au site pour seulement 7.-/mois.

Je profite → Déjà abonné? Connectez-vous.

Achetez cet article

Nouveau: dès 0.50 CHF, payez votre histoire le prix que vous voulez!

Je me connecte → Paiement rapide et sécurisé avec Stripe