Au fond de la mine, le charbon

© Michel Demierre
Jacques Demierre, spéléologue, dans la mine du Grand Travers-Bancs Bron près d'Oron.

Dans la région d'Oron s'amoncellent des vestiges d'une autre époque. Celle durant laquelle les hommes s'enfonçaient sous terre pour travailler la pierre et extraire le charbon. Reportage dans l'une des dernières mines vaudoises encore explorable.

Je rampe sur le ventre en m’aidant de mes mains et de mes genoux. La molasse subalpine, une roche grisâtre, frôle sans arrêt mon dos et je sens les irrégularités de la pierre contre ma peau. La galerie est assez large, mais désormais très basse. Une trentaine de centimètres de hauteur à vue d’œil. Je m’arrête un moment pour souffler, coincée dans ce qu’on appelle, en spéléologie, un laminoir.

Pendant plus de deux siècles, les ouvriers de la mine d’Oron ont emprunté ce passage, pioches et lampes en mains, pour rejoindre les veines de charbon. Ces hommes, décrits comme costauds et habiles, se déplaçaient avec aisance dans cet environnement obscur et humide.

Je n’ai ni leur condition physique ni leur expérience. Les bras tendus au-dessus de ma tête, je tâtonne et tente de m’accrocher à la roche. Elle s’effrite. Des cailloux me restent entre les doigts. J’aimerais m’aider de mes pieds, mais à chaque fois que je touche une pierre avec ma botte, elle dégringole. Mes muscles se contractent. J’essaie de m’extraire à la force de mes bras, mais c’est peine perdue; je le sais d’avance. Je n’ai jamais été douée pour les tractions.

La suite de cette histoire est payante.

Abonnez-vous

Et profitez d'un accès illimité au site pour seulement 7.-/mois.

Je profite → Déjà abonné? Connectez-vous.

Achetez cet article

Nouveau: dès 50 cts, payez votre histoire le prix que vous voulez!

Je me connecte → Paiement rapide et sécurisé avec Stripe