Road trip Bas Congo Road trip Bas Congo
Le gigantesque temple kimbanguiste de Nkamba.© Maëlle Schaller

Road trip au Bas-Congo (2/4)

Dans la province la plus ancienne et la plus dynamique de la République démocratique du Congo (RDC) coule le mythique fleuve Congo. Deuxième étape de notre reportage le long des 500 derniers kilomètres, de la gare abandonnée de Mbanza-Ngungu au port de Matadi.

Trônant au centre d’un carrefour de Mbanza-Ngungu, principale étape sur la ligne de chemin de fer Kinshasa-Matadi dans la province du Bas-Congo, le portrait géant d’un homme en pagne, pieds nus, avec une épaisse barbe noire. C’est Simon Kimbangu, le fondateur du kimbanguisme, un protestantisme à l’africaine, la première Eglise chrétienne non missionnaire fondée sur le continent.

Né en 1889 dans le petit village de Nkamba, à 80 kilomètres de piste au nord de Mbanza-Ngungu, Simon Kimbangu a été formé par des missionnaires protestants. Son destin bascule en 1921: en sa présence, des aveugles retrouvent la vue, des muets la parole, des paralytiques se lèvent et marchent. Bible en main, il recommande à son entourage de ne plus boire d’alcool, de renoncer aux danses provocantes, à la sorcellerie et à la polygamie. En quelques semaines, sa réputation gagne la capitale. Par trains entiers, des Congolais se précipitent à Nkamba.

Huit ans plus tard, en 1959, soit un an avant l’indépendance, le kimbanguisme est reconnu par les Belges avant d’intégrer, en 1969, le Conseil œcuménique des églises chrétiennes (COE). Finalement, en 2011, la Haute Cour militaire de Kinshasa annule le jugement prononcé en 1921 contre Simon Kimbangu.

La suite de cette histoire est payante.

Abonnez-vous

Et profitez d'un accès illimité au site pour seulement 7.-/mois.

Je profite → Déjà abonné? Connectez-vous.

Achetez cet article

Nouveau: dès 0.50 CHF, payez votre histoire le prix que vous voulez!

Je me connecte → Paiement rapide et sécurisé avec Stripe