Saigon, mon amour: La légende noire du Mékong (1/3)

© Gérard A. Jaeger
Sortant à l’improviste de la brume, les pêcheurs se muent volontiers en prédateurs…

On les a toujours considérés comme la pire engeance et ce n’est pas sans raison que les pirates du Mékong ont occupé l’imaginaire des romanciers occidentaux. Car ils sont entrés dans l’histoire au prix de terribles déprédations.

Au terme de sa captivité en mer de Chine, une aventurière française écrivait dans ses mémoires: «J’étais prisonnière d’une population d’hommes dénaturés qui me les rendaient horribles.» Elle s’appelait Fanny Loviot et son témoignage a bouleversé plusieurs générations de voyageurs. Séquestrée sur une jonque par des pirates, elle ne fut libérée, par un bâtiment de guerre anglais, qu’après des semaines de souffrances physiques et psychologiques. Les faits remontent à plus de cent cinquante ans, mais ils racontent la vie d’une engeance criminelle dont l’échelle des valeurs humaines était étrangère aux mœurs européennes fondées sur une stricte distinction entre le bien et le mal. Or, dans les mers orientales, on définissait la vertu à l’aune du profit. 

Rien n’a vraiment changé dans cette partie du monde où la piraterie demeure endémique. Elle participe d’une économie locale fondée sur la contrainte et la violence et défie ouvertement les lois internationales pourtant reconnues par les pays riverains de ces voies maritimes inscrites sur les listes noires. Formellement déconseillée pour sa dangerosité, la mer de Chine est néanmoins extrêmement fréquentée par le commerce et la plaisance, et c’est par dizaines chaque année que l’on dénombre des attaques sanglantes, des enlèvements par centaines et des demandes de rançons représentant plusieurs centaines de milliers de dollars. Opérées par de petites escadres très aguerries, ces déprédations s’effectuent le plus souvent le long des côtes où les repaires sont inexpugnables. Difficilement sécurisées, les voies maritimes les plus fréquentées restent donc le terrain de chasse d’acteurs redoutables, d’autant plus insaisissables qu’ils ne sont pas des professionnels du crime et que leurs activités relèvent des circonstances. Si la faim et le dénuement sont générateurs des pires brutalités, ils ne sont que les déclencheurs de la violence. Pour que des populations en viennent au crime, il faut que deux facteurs essentiels s’additionnent: la coutume ancestrale et le laxisme politique.

Depuis le début du XXe siècle, la péninsule indochinoise est un terrain de chasse très couru de la planète. Et contrairement au brigandage maritime occidental, la piraterie asiatique n’est pas exercée par des équipages de réprouvés, mais par des familles dont chaque génération accroit l’expérience. Agriculteurs, pêcheurs et commerçants, ils sont aussi des pirates claniques sévissant les uns contre les autres et s’alliant lorsqu’il est question de s’en prendre aux étrangers qui croisent dans leurs eaux. A bord de jonques et de sampans traditionnels, toutes les générations cohabitent, les vieillards gouvernent les attaques, les fils insufflent les valeurs empiriques d’une criminalité tutélaire à leur descendance, pendant que les enfants les plus jeunes les regardent sévir avec admiration. Quant aux femmes, elles ne négligent pas le coup de fusil et, selon leur âge, elles participent à la barbarie de la séquestration. Sortant des méandres de la côte où la forêt leur offre d’innombrables repaires, les pirates fondent sur leurs proies. Au pillage en règle s’ensuit l’hallali et les rescapés sont faits prisonniers dans l’attente d’un substantiel tribut. Quant aux bateaux arraisonnés, ils sont coulés pour en monnayer les pièces détachées. Les très grosses unités sont abandonnées en pleine mer et deviennent des bateaux fantômes accréditant les histoires que les marins raconteront aux escales.

La suite de cette histoire est payante.

Abonnez-vous

Et profitez d'un accès illimité au site pour seulement 7.-/mois.

Je profite → Déjà abonné? Connectez-vous.

Achetez cet article

Nouveau: dès 0.50 CHF, payez votre histoire le prix que vous voulez!

Je me connecte → Paiement rapide et sécurisé avec Stripe