Dancefloor

Le biologiste qui défie Syngenta

© DR
Xenopus laevis est une espèce d'amphibiens très utilisée dans les laboratoires comme organisme modèle en biologie du développement.

Dans les années 1990, le Dr Tyrone Hayes, biologiste à Berkeley, découvrait que ses grenouilles devenaient hermaphrodites à cause de l’atrazine, l’herbicide star de la société suisse Syngenta. Depuis cette découverte, c’est la guerre entre le scientifique et la multinationale qui a voulu détruire la réputation du chercheur américain.

En une image, tout est dit. A l’écran, ce jour de février 2014 sur la chaîne alternative Democracy Now, le Dr Tyrone Hayes arbore comme à son habitude une tenue chatoyante: veste et chemise noire, cravate rayée rouge et blanche et sur les épaules, un châle chamarré, dans les tons rouge et rose.

L’entretien avec les journalistes de Democracy Now est presque jovial. Avec son débit d’homme pressé, Tyrone Hayes raconte ses démêlés avec la firme suisse Syngenta (depuis rachetée par le chinois ChemChina pour 43 milliards de dollars, soit 42,1 milliards de francs).

Le biologiste explique que ses découvertes scientifiques sur les effets de l’atrazine sur les grenouilles lui ont valu les pires déconvenues professionnelles et personnelles. 

Surtout, il peut dévoiler que ses craintes d’être suivi et espionné ne relèvent pas de son imagination, mais bien d’une stratégie mise en place par Syngenta: des sites américains (100ReportersThe New YorkerMother Jones) ont, en effet, publié des extraits de documents compromettants pour le géant de la chimie et de l’agroalimentaire. Et c’est pour cela que Democracy Now l’interroge.

La suite de cette histoire est payante.

Abonnez-vous

Et profitez d'un accès illimité au site pour seulement 7.-/mois.

Je profite → Déjà abonné? Connectez-vous.

Achetez cet article

Nouveau: dès 0.50 CHF, payez votre histoire le prix que vous voulez!

Je me connecte → Paiement rapide et sécurisé avec Stripe